Le clito, kesako ?

 

Le clitoris, ou clito pour les intimes, certains l’appellent le bouton de rose ou encore l’interrupteur, le détonateur. Il ressemble à une mini pieuvre dont les tentacules seraient cachées sous la peau. C’est le seul organe qui ne sert qu’au plaisir alors autant en profiter ! 

En Europe, à l’époque où les hommes de sciences pensaient que le clitoris intervenait dans la fécondité, les prêtres recommandaient de faire jouir la femme pour qu’elle tombe enceinte. Les scientifiques ont par la suite découvert que le clitoris n’avait pas de lien avec la fécondité et l’ont considéré comme inutile. Freud pensait même que le clitoris était responsable de pathologies mentales comme l’hystériea et a déclaré qu’une femme mature devait prendre du plaisir uniquement par la pénétration. A cette époque, certains chirurgiens ont été jusqu’à traiter des femmes en retirant leur clitoris. 

Bien que l’anatomie du clitoris ait été décrite dès le 18è siècle, il faut attendre 1998 pour que sa partie interne soit découverte et donc sa taille vraiment connue.  

Le clitoris possède deux parties :

  • La partie visible se compose d’une extrémité appelée le gland. Le gland est parfois entièrement caché par le capuchon, un repli cutané qui dépend des petites et/ou grandes lèvres et recouvre sa face antérieure.
  • La partie interne du clitoris est la plus importante. Elle comprend 3 parties : les piliers, le corps et les bulbes. Les deux piliers sont formés de corps caverneux (tissu érectile qu'on retrouve aussi dans le pénis) qui se rejoignent pour former le corps du clitoris sous le gland.  Les deux bulbes sont constitués de corps spongieux (tissu érectile qu'on retrouve aussi dans le pénis), plus «internes » que les piliers et qui entourent l'urètre et le vagin.

 

La littérature scientifique ne permet pas encore d’établir les dimensions moyennes du clitoris et des bulbes au sens statistique du terme. On dit en général qu'il peut faire jusqu'à 11 cm.

Le clitoris a plus de 8000 terminaisons nerveuses. Il est sensible à toutes sortes de caresses. Sous l’effet d’une excitation sexuelle, il peut alors se mettre en érection et durcir tout comme le pénis chez les garçons.

 

Pour aller plus loin : “Clito…  ou tard”